La Cnaf étend les aides exceptionnelles Covid-19

Le conseil d’administration de la Cnaf a voté, mardi 2 mars 2021, l’élargissement des aides exceptionnelles Covid-19, suite à l'actualisation des recommandations nationales relatives aux modes d’accueil 0-3 ans par le ministère de la Santé et des Solidarités, le 2 février dernier. 

Avec l’apparition des variants et un taux d’incidence toujours élevé, le ministère de la Santé a décidé, le 2 février dernier, la mise en place de nouvelles mesures sanitaires. Il est ainsi prévu que dès lors qu’un enfant est testé positif, l’accueil de l’ensemble du groupe auquel il appartient est suspendu, et si l’enfant a été en contact avec des enfants d’autres groupes, ceux-ci ne sont plus accueillis. A noter également « la possibilité de fermer l’ensemble d’un établissement si un cas de variant y est confirmé ou suspecté ».  Ces mesures ont bien entendu un impact financier important sur les structures d’accueil du jeune enfant. C’est pourquoi, le Conseil d’administration de la CNAF a décidé, mardi 2 mars, l’élargissement « à compter du 1er février 2021, des aides exceptionnelles Covid-19 en cas de suspension de l'accueil de tous les enfants du groupe d'un enfant testé positif, pendant 7 jours à compter du dernier contact avec l'enfant malade, à l'initiative du gestionnaire, et de tous les enfants des autres groupes avec lesquels il a été par ailleurs en contact s'il y a eu brassage au sein de l'établissement. » Pour en bénéficier, le gestionnaire devra en informer la Caf et la Pmi et les mettre en copie du message adressé à l’ARS signalant qu’un enfant a été testé positif. A noter que le montant de l’aide et ses modalités de gestion sont identiques à ce qui est prévu par la circulaire 2021-001.

Une décision saluée par la Fédération française des entreprises de crèches (FFEC)
La FFEC a salué la réactivité de la Cnaf, dans un communiqué, soulignant que « les places de crèches et micro-crèches inoccupées en lien avec la Covid-19 continuent d’augmenter ». La FFEC en profite également pour demander « une publication rapide des textes d’application du Plan Rebond de la Petite Enfance voté par la CNAF le 2 février ». Pour rappel, il comprend cinq mesures pour soutenir durablement l'activité des structures d'accueil de la Petite enfance fragilisées par la crise sanitaire et encourager le développement de nouveaux projets. Globalement satisfaite de ce Plan, la FFEC regrette toutefois « que les micro-crèches PAJE restent les oubliées du Rebond de la Petite Enfance et appelle à une deuxième délibération sur ce point. »

Voir le communiqué de la FFEC
Article rédigé par : C.F.
Publié le 05 mars 2021
Mis à jour le 28 mars 2021