La Cnaf a voté de nouvelles aides pour les crèches

C’est désormais officiel. Comme nous l’annoncions dès dimanche soir, le Conseil d’administration de la Cnaf a voté le maintien des aides aux crèches et micro-crèches sans donner de date limite. Et a décidé d'une nouvelle aide complémentaire pour chaque place ouverte en crèche de 10€ par jour et par place jusqu'au 3 juillet.  L’aide au MAM de 3 euros par place fermée et par jour est reconduite jusqu’à nouvel ordre.

Poursuite de l’aide aux places fermées
Dans son communiqué diffusé à l’issue de son conseil d’administration du 3 juin, la Cnaf précise « s’agissant des crèches et des micro -crèches, quel que soit leur mode de financement (Paje ou PSU) il est proposé de maintenir l’aide aux établissement ouverts partiellement : 17€ par jour et par place fermée ou non pourvue pour les gestionnaires employant des salariés de droit privé. Cette aide vient compléter l’aide de l’État au titre de l’activité partielle et de 27€ par jour et par place fermée ou non pourvue ».
La Cnaf rappelle « qu’entre le 16 mars et le 10 mai, 427 000 places en moyenne ont bénéficié de l’aide exceptionnelle chaque semaine (soit 94%) des places.». Néanmoins il semble que ces aides n’aient pas été encore versées aux établissements devant en bénéficier …
La Cnaf par ailleurs ne précise pas jusqu’à quand les crèches pourront bénéficier de cette aide.

Une nouvelle aide aux places ouvertes jusqu’au 3 juillet en crèche
Le CA de la Cnaf a également décidé « la mise en place d’une aide forfaitaire pour chaque place ouverte et occupée du 11 mai au 3 juillet de 10 € par jour et par place… ».  Faut-il en déduire que les consignes sanitaires seront moins strictes à partir du 3 juillet ?

Maintien des 3 euros pour les MAM
Quant aux MAM de plus de 10 enfants, ouvertes partiellement, elles continueront également à bénéficier de l’aide de 3€ par jour et par place fermée ou non pourvue.

A noter : à compter du 15 juin, les crèches, micro -crèches et les MAM restant totalement fermées , ne bénéficieront plus des mesures d’aides sauf celles  « faisant l’objet d’une fermeture administrative pour des raisons sanitaires ou rencontrant un cas de force majeur lié à la pandémie (comme cas de COVID-19 dans l’établissement. »

Satisfecit de Christelle Dubos
La Secrétaire d’Etat Christelle Dubos, dans un communiqué a salué « le soutien massif adopté par le CA de la Cnaf aux établissements d’accueil du jeune. » Et souligne « sans garde d’enfant, il ne peut y avoir de retour à la vie normale possible. Face au COVID-19, nous avons œuvré en urgence pour que les crèches et les assistantes maternelles ne soient pas victimes de la crise épidémique. ( …). »

La FFEC, mi -figue, mi -raisin
La Fédération Française des Entreprises de Crèches (FFEC) se dit « soulagée du soutien financier au déconfinement » et considère que cette aide aux places ouvertes est salutaire. Mais elle demande « que les aides de la Cnaf tant aux places fermées qu’aux places ouvertes durent tant que des contraintes sanitaires empêcheront les gestionnaires de crèches et micro crèches de fonctionner pour toutes les familles. »
Par ailleurs la FFEC souhaite que le « secteur des crèches soit intégré à la liste des secteurs particulièrement impactés par la crise sanitaire et bénéficie de la prolongation de l’activité partielle du confinement au-delà du 1 juin ».  Enfin elle demande que les « consignes sanitaires soient réexaminées en vue de la phase 3 « c’est-à-dire pour l’après 22 juin. Et s’interroge particulièrement sur la règle des groupes de 10 enfants qui ne peuvent pas se croiser … »

Le communiqué de la FFEC
Le communiqué du Secrétariat d'Etat de Christelle Dubos
Le communiqué de la Cnaf
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 03 juin 2020
Mis à jour le 05 juin 2020