La HAS favorable à l’élargissement des compétences vaccinales de certains professionnels de santé pour les enfants de moins de 16 ans

La  Haute Autorité de Santé (HAS), dans un avis publié le 28 juin, s’est prononcée en faveur de l’extension, de la vaccination des enfants de moins de 16 ans par  les infirmiers, les pharmaciens et les sage-femmes. L’objectif étant de simplifier le parcours vaccinal, de multiplier les opportunités de vaccination et donc d’augmenter la couverture vaccinale.

Un élargissement vaccinal à l’ensemble des vaccins
L’extension des compétences vaccinales des infirmiers, pharmaciens et sage-femmes couvre l’ensemble des vaccins (obligatoires ou recommandés) du calendrier vaccinal chez les enfants et adolescents de moins de 16 ans. A savoir :  BCG, Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite, Haemophilus Influenzae de type b (HIB), Hépatite B, Coqueluche, Pneumocoque, Méningocoque B, Méningocoque C, Méningocoque ACYW, Rougeole-Oreillons-Rubéole, Papillomavirus humain (HPV), Varicelle, Grippe.

Des restrictions concernant les enfants immunodéprimés
En revanche ces professionnels ne pourront pas prescrire et administrer des vaccins vivants (par ex le vaccin contre le BCG et le ROR...) aux enfants immunodéprimés. La vaccination de ces enfants restant de la compétence du seul médecin du fait des risques associés et de la complexité de leurs schémas vaccinaux.
Des recommandations différentes pour les professionnels selon l’âge des enfants
•  Pour les enfants âgés de plus de deux ans et jusqu’à 15 ans révolus
¬ Si leur la couverture vaccinale est insuffisante (rappel et rattrapage de vaccins), la HAS recommande que les infirmiers, les pharmaciens et les sages-femmes puissent prescrire et administrer l’ensemble des vaccins inscrits au calendrier vaccinal.
Pour les enfants âgés de moins de deux ans
¬ Si leur couverture vaccinale est satisfaisante, la HAS ne recommande pas d’élargir les compétences vaccinales des pharmaciens et des infirmiers pour cette classe d’âge.
¬ Les infirmiers, qui en avaient déjà la compétence, peuvent ainsi continuer à administrer tous les vaccins inscrits au calendrier vaccinal.
¬ La HAS recommande d’autoriser les sages-femmes à prescrire et à administrer l’ensemble des vaccins inscrits au calendrier vaccinal. Cette extension permet donc d’assurer une continuité dans la prise en charge de la naissance à l’adolescence.

Une formation  à la vaccination infantile
La HAS réaffirme l’impératif de formation des professionnels de santé.  ( exceptées les sage-femmes qui le sont déjà)et recommande qu’elle soit subordonnée au suivi d’une formation certifiante pour les professionnels n’ayant pas suivi de modules spécifiques de vaccination infantile.

Une évaluation de la couverture vaccinale
La HAS souhaite « la mise en place d’indicateurs de suivi de prescription et d’administration des vaccins par les différents professionnels de santé afin d’évaluer l’impact de cet élargissement sur le taux de couverture vaccinale, l’acceptabilité ou encore le taux d'événements indésirables associés aux soins. »
 
 Consulter les recommadations de l'HAS.

 
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 29 juin 2022
Mis à jour le 08 juillet 2022