Jeux et astuces pour limiter l’incidence du port du masque sur le développement des petits 

Deux mamans, l’une orthophoniste, l’autre psychologue ayant leurs enfants accueillis en crèche, ont réfléchi à l’impact du masque sur le développement des petits. Et ont mis au point des activités ou aménagements   à destination des professionnels de la petite enfance pour en limiter les effets les plus néfastes.
L’étude du développement de l’enfant souligne l’importance pour le bébé d’observer très précocement la région de la bouche de son interlocuteur. L’observation de cette région intervient entre autres, dans le développement de l’imitation, de la communication, du langage ou encore de la socialisation. Aussi, le port du masque en continu chez les accompagnants peut-il être envisagé comme un frein à certains apprentissages essentiels. C’est ainsi que la Cnaf va financer très prochainement des masques inclusifs pour les professionnels de crèche du territoire.

Une boîte à outils pour les pros
Cependant, en attendant, les enfants bénéficiant d’un mode de garde collectif restent exposés à des visages « protégés » de masques qui étouffent la voix des professionnels tout en dissimulant leurs lèvres en mouvement comme les expressions de leur visage.
C’est dans ce contexte sanitaire particulier et parce que nos enfants sont accueillis dans une structure collective que nous avons réfléchi à des aménagements et à des activités pour compenser cette situation non écologique. Nous nous sommes alors appuyées sur nos expériences professionnelles respectives d’orthophoniste et de psychologue du développement spécialisée dans l’accompagnement des enfants avec autisme afin de proposer une première « boîte à outils » avec pour seul objectif : réduire l’incidence du port du masque sur le développement de nos bambins.

Moins de bruit, plus de lumière et des comptines !
Tout d’abord et de manière globale, certaines préconisations peuvent s’appliquer pour tous les enfants, quel que soit leur âge : 
• Limiter les bruits ambiants et s’assurer d’avoir un bon éclairage
• Parler plus fort mais sans crier, et plus lentement, en articulant bien    
• Attirer l’attention de l’enfant en l’appelant par son prénom avant de lui parler et se placer à sa hauteur
• Mixer les enfants d’âges différents au sein des sections afin de promouvoir les comportements de communication entre les enfants
• Introduire des gestes issus de la LSF (Langue des Signes Française). En effet, l’introduction de gestes a plusieurs avantages : soutenir la compréhension verbale des enfants comme la communication expressive, l’imitation et le recrutement du regard. L’utilisation des signes permet par ailleurs de ralentir le débit de parole ainsi que de faire des phrases moins longues. Le choix des gestes à introduire doit viser des mots récurrents (câlin, couche, tétine, biberon, doudou, eau, pain, sommeil…). Des applications gratuites et extrêmement intuitives (par exemple, Elix) proposent de courtes vidéos qui permettent d’apprendre des gestes issus de la LSF.
• Chanter ! En chantant des comptines, des chansons à gestes, nous stimulons les capacités d’imitation, de communication et… le plaisir ! De nombreuses comptines impliquent des mouvements autour du visage ce qui permet également de recruter le regard autour du visage de l’interlocuteur. Ces chansons peuvent être apprises derrière une surface vitrée et sans masque dans un premier temps avant d’être répétées à l’initiative d’un encadrant portant le masque.

Étonner les bébés     
Chez les bébés, l’objectif est essentiellement de promouvoir le recrutement du regard dans la zone du visage de son interlocuteur :
• Privilégier les temps de nourrissage dans les bras
• Lors des biberons, regarder les bébés en « souriant fort des yeux » et avec tendresse
• Soutenir les échanges qui se font normalement uniquement par le regard par des mots. Par exemple, dans la situation ordinaire où l’on regarde avec bienveillance un enfant qui joue avec un jouet, soutenant ainsi ses explorations, ajouter : « Quentin, je te regarde jouer avec le hochet et t’amuser ».
• De temps en temps, lors des moments en situation duelle ou en petit effectif (changes, soins, jeux en petit effectif…), étonnez-les ! Positionnez une gommette sur votre nez, sur votre front ou sur un sourcil et faites-la bouger en stimulant l’intérêt du bébé. Vous pouvez également loucher ou faire des mouvements exagérés du front ou des sourcils. Accompagnez ces mouvements de vocalisations afin de soutenir leur attention.

Des jeux autour des différentes parties du visage
En grandissant, les bébés vont commencer à imiter les mouvements du visage, des sons. On peut alors proposer aux enfants :
• Des temps d’imitation sans masque derrière un plexiglas ou derrière une surface vitrée (ouvrir et refermer la bouche, tirer la langue, faire des bisous, le poisson…). Attention à ce que l'adulte sans masque ne soit pas en contre-jour pour que les enfants voient bien son visage !
• Des jeux d’imitation de cris d’animaux
• Des temps de jeux devant un miroir pour qu’ils prennent conscience de la mobilité de leur bouche, de leur souffle…
• Des activités éducatives autour du thème des émotions : loto visuel, loto sonore, lecture de livre…
• Des activités stimulant la reconnaissance des différentes parties du visage telle que certaines gommettes représentant un visage sur lequel l’enfant doit positionner le nez, la bouche, les yeux…
 
Afin que les enfants identifient vos émotions plus facilement, lorsque que vous félicitez un enfant ou lorsque vous le reprenez sur son comportement, nommez votre émotion. Par exemple, « Je suis très contente parce que tu as prêté un jouet à Ilan » ou encore « Je suis triste pour toi parce que tu as mal ». Ainsi, les enfants apprennent doucement à identifier les émotions que leur comportement suscite chez l’autre.
• De la même manière, vous pouvez accentuer  l’expression des émotions par le regard et les intonations.
• Créer des lotos avec le visage des accompagnants : les enfants les plus petits peuvent apparier deux photographies identiques sans masque et les plus grands peuvent apparier une photographie sans masque avec une photographie avec masque de la même personne
• Jouer des petites histoires avec des marionnettes à émotions
 
Faites -vous confiance ! Vous êtes des professionnels de la petite enfance !  Finalement, amusez-vous ! En puisant dans votre créativité avec votre bonne humeur, vous irradiez de bonnes ondes nos enfants et vous influencez directement leur développement !

Merci d’accompagner nos enfants dans ce contexte si particulier et de les aider à se souvenir qu'il y a des visages et des émotions sous les masques !
 
Article rédigé par : Marie-Vincente Thorel et Anne-Sophie Reverdy
Publié le 23 novembre 2020
Mis à jour le 28 avril 2021