Trois assistantes maternelles font construire leur MAM

La maison d’Eva a ouvert ses portes au mois de novembre à Torcé. Une MAM atypique portée par un trio de sœurs et amies récemment reconverties assistantes maternelles, qui ont fait le pari fou de faire construire la maison dédiée à leur projet.
On perçoit l’enthousiasme et le soulagement dans leur voix. Le soulagement d’avoir enfin mené à bien ce projet audacieux qu’elles portaient depuis trois ans et trouvé leur rythme et leurs repères avec les enfants accueillis. Emilie, Vanessa et Annie sont deux sœurs et une amie de longue date. Deux sont aide-soignantes, la troisième travaillait dans le commerce, avec une irrépressible envie passés leurs quarante ans, de changer de cap et de métier pour une vie professionnelle plus épanouissante. Mamans accomplies, elles choisissent la petite enfance par conviction et passent leur CAP AEPE en profitant du crédit formation accordé par leurs employeurs. Annie, qui a pris une année d’avance, travaille à l’école de la commune en tant qu’ATSEM puis en crèche pendant deux ans. Freinées par un COVID de plus en plus envahissant, Emilie et Vanessa peinent à valider leur CAP dont elles suivent les cours à distance. 

Un projet immobilier 
La Maison d’Assistantes Maternelles, c’était leur projet depuis le début. Avant même d’avoir obtenu leur agrément, c’est ensemble qu’elles avaient décidé de se lancer dans l’aventure de la petite enfance pour donner une dimension plus familiale et conviviale à leur projet d’accueil, portées par des valeurs et une vision commune du métier.  Rapidement, elles cherchent donc un local qui pourra les accueillir, mais ne trouvent rien qui corresponde à leurs besoins. Ce sera donc un terrain à construire ! Ça tombe bien, elles avaient toujours imaginé investir un jour ensemble dans l’immobilier… Elles entrent en contact avec une banque mais les difficultés commencent : « C’était une situation tellement peu ordinaire, que la banque ne comprenait pas notre projet » expliquent-elles. Elles créent donc une SCI pour porter leur projet immobilier. 

Des démarches complexes 
Et puis les démarches sont compliquées. Passé l’entretien avec la Caf, les trois associées se sentent livrées à elles-mêmes entre la PMI et le service d’agrément. « Les MAM c’était encore un système assez confidentiel et peu développé. Je pense qu’il y a eu des problèmes de communication entre les différents acteurs. Mais on n’a rien lâché ! Heureusement on a été très aidées par notre formatrice de CAP qui nous a toujours soutenues. » * Ensemble, elles construisent leur projet d’accueil commun et le règlement de la MAM. 

Comme à la maison 
Fortes de leurs expériences et stages respectifs,  du soutien de leurs proches, Emilie, Vanessa et Annie mènent leur projet à bien : elles ont fait construire une maison lumineuse composée de trois chambres et une salle de bain, qu’elles ont équipée et aménagée pour accueillir confortablement les enfants. Une maison traditionnelle qui pourra cependant facilement être revendue plus tard à des particuliers, lorsqu’elles cesseront leur activité. Si la MAM est ouverte de 7heures du matin à 19 heures le soir, les trois assistantes maternelles ont mis en place un roulement qui leur permet de limiter leurs horaires mais voient les parents au moins une fois par jour. « Pendant les périodes d’adaptation, les repas n’étaient pas évidents ! Mais on a appris à anticiper, et à trouver notre rythme... »

* Ce n’est pas là l’avis de la PMI qui précise, en encadré la procédure d’accompagnement des porteurs de projet mise en place dans le département d’Ille et Vilaine qui compte 75 MAM.
 

Les précisions de la PMI

La création d’une MAM relève, en Ille et Vilaine, d’une procédure précise que tous les porteurs de projets suivent : participation à une réunion d’information collective, rendez-vous avec la PMI pour échanger sur le dossier MAM, accompagnements de la PMI pour la correction du dossier, validation du dossier par la PMI, validation des plans de la MAM par la PMI.

Lorsque le projet est validé, les porteurs de projet peuvent déposer leur dossier d’agrément : s’en suivent des évaluations individuelles réalisées par la mission agrément, l’agrément, la formation obligatoire, puis un nouvel entretien cette fois ci collectif. Vient ensuite la visite d’ouverture de la MAM réalisée par le service PMI accueil du jeune enfant et la mission agrément. 3 mois après l’ouverture, une visite de fonctionnement est réalisée par le service PMI-AJE et la mission agrément. Puis autant de visite que nécessaire dans la vie de la MAM. 
 
Tout au long de ce parcours de création et tout au long de la vie de la MAM, les professionnelles peuvent envoyer leurs messages, questions, sur une boite aux lettres dédiée aux MAM et une réponse leur est systématiquement donnée. Un site internet dédié aux assistantes maternelles d’Ille et Vilaine est également à leur disposition pour tout renseignement.

Article rédigé par : Laurence Yème
Publié le 21 janvier 2022
Mis à jour le 07 février 2022