Communiquer, penser, parler avec le petit enfant

Marie -Paule Thollon Behar
c
couverture du livre Communiquer, penser, parler avec le petit enfant
Marie-Paule Thollon Behar est psychologue du développement, docteur en psychologie et formatrice petite enfance. C’est sans doute pour cela qu’elle a eu envie de réactualiser sa thèse (Avant le langage, communication et développement cognitif) – présentée en 1993, et de l’enrichir des pratiques des professionnelles de terrain qu’elle a pu rencontrer notamment dans les activités de formation. Et cela donne un livre à la fois savant et pratique, nourri de références scientifiques mais très concret, en phase avec ce que nombre de professionnels vivent dans l’exercice de leur métier notamment en structures d’accueil collectif. Ce double regard lui permet notamment de revisiter quelques idées reçues.

La première partie intitulée « Comprendre la communication et son lien avec le développement de la pensée » n’aurait pu être que théorique. Ce n’est pas le cas puisqu’elle est émaillée d’observations. Ce qui l’enrichit même si parfois cela hache un peu la lecture.  Un des points forts de cette première partie c’est ce que l’auteure appelle l’attention conjointe. Attention conjointe qui sera le fil rouge du développement du langage avant même la naissance des premiers mots. Les chapitres de cette grande première partie abordent toutes les étapes clefs de façon non linéaire :  communication non verbale, situations de communication en passant par la situation de communication, communication gestuelle, apparition et développement du langage. Elle se termine par quelques réponses très concrètes aux questions les plus fréquentes sur le langage.

La deuxième parte intitulée : « Accompagner le développement de la communication, du langage et de la pensée ; un enjeu dans la qualité d’accueil du jeune enfant » est véritablement le fruit de l’expérience professionnelle de Marie-Paule Thollon Behar :  toutes ses années où comme formatrice elle a rencontré des centaines de pros de terrain. Avec leurs questionnements, leurs vécus auprès des enfants, avec leurs succès ou leurs échecs. Et c’est là que le livre devient verbalement un outil passionnant. Par exemple contre toute attente pour une psychologue du développement, Marie-Paule Thollon Behar n'assassine pas Parler bambin. Au contraire. Pas de critique en règle. Pas de prise de position de principe. Comme son approche du dispositif n’est pas théorique, elle lui trouve des vertus. Ella a rencontré des EJE qui l’ont expérimenté à Vaux en Velin et ce qu’elle en a entendu et compris lui ont permis d’avoir un jugement nuancé. Et dit-elle un des mérites du dispositif « c’est de faire réfléchir les professionnels à leurs pratiques ». Tout comme la communication gestuelle associée à la parole, parfois appelée à tort Langue des Signes pour bébés ( LBS)  souvent controversée, soit  louée soit très critiquée. 

Au fond Marie-Paule Thollon Behar se montre très pragmatique. Pour elle peu importe l’outil ce qui est important, c’est l’attention conjointe : tout ce qui procède de l’écoute et de la curiosité… et permet aux professionnels de ne pas toujours et uniquement être polarisés sur les émotions.
Il est donc question aussi de la réflexivité des professionnels si chère à l' auteure.
Voilà un livre qui devrait rejoindre la bibliothèque des lieux d’accueil. On ne lit pas de A à Z, on s’y promène, on s’y réfère, on y trouve explications et analyses de pratiques professionnelles sans parti pris de principe.
 
17,90
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 02 novembre 2020
Mis à jour le 06 novembre 2020